A-corps saisonnier

(Hé, le Roule-roule, tu connais ? Indice)


L'été lancé, sur sa route, avec intensité !

Chaleur, torpeur... Je sens l'été comme une saison double.

Celle qui nous colle au sol, celle qui nous écrase par la verticalité de ses rayons solaires et qui nous intime de ralentir, sous peine de suffoquer.

J'ai ressenti cela hier, en marchant à l’heure la plus chaude de la journée - quelle idée...


Mon corps devait se mettre au diapason de la saison pour la traverser, sans accrocs.

Mon pas s'est fait plus lent, ma respiration s'est calée sur ce rythme. Mon regard même s'est trouvé ralenti. Comme si le simple fait de tourner la tête à droite et à gauche pour observer le paysage me demandait un temps infini...

L'autre versant de l'été, au contraire, c'est celui qui nous propulse en dehors, à l'extérieur ! L'énergie contenue, retenue dans la journée se libère le soir venu, de toutes les manières qui soit ! Se retrouver entre amis, courir, chanter, brailler, rire, danser !!! Alors je sens mon corps qui fourmille de joie et d'excitation, plus de mouvements, la voix s’éclaircit, le rire s'invite, léger, et les yeux pétillent à l'idée des vacances prochaines ! (D'un coup, les images du film " L'effrontée " me reviennent. Et c'est exactement ça, l'été : des temps infinis de contemplation et des sursauts de joie ! - il FAUT voir ce film.)

Et toi, comment ressens-tu l'été ? Sens-tu ton corps entrer dans un rythme différent ? Y es-tu attentif / attentive ?


Joyeux Juillet !!

0 commentaire

Posts récents

Voir tout