Nourrir ses désirs

ah le désir...un gros mot !


Ces derniers temps, j'ai entendu beaucoup de personnes, dire à leur retour de vacances : " Bon ben...faut reprendre le boulot quoi.". La mine dépitée.

J'ai vu des messages publicitaires qui parlaient du "Blues de la rentrée".

Je me suis souvenue de mes années lycée où c'était le chemin de croix que celui de retourner au bahut. Bref, je me suis dit : c’est pas la joie ce moment là.

Vous aussi vous connaissez cet état ? Lorsque vous avez expérimenté un sentiment de liberté totale, de plaisir infini, et que paf ! d'un coup une chape de plomb vous tombe dessus, parce qu'il faut retourner dans la " vraie vie " et toutes vos petites cellules se referment sur elles...

Cette année, j'ai vécu ce temps de la rentrée d'une manière différente et nouvelle. Mes vacances ont été jalonnées d'activités qui m'ont remplie d'énergie, d'enthousiasme. J'ai usé de ce temps "libre" pour approfondir, creuser ce qui me passionne. J'en suis ressortie nourrie, chargée de plaisir et avec la preuve que, vu la joie que cela me procure, ce sont bien des chemins que je veux continuer à explorer. Mon activité principale n'a rien à voir avec ce que j'ai fait cet été. Et pourtant la vibration s'est diffusée jusque dans celle-ci. Parce que je sais dans quelle direction je veux aller et que cette direction, je l'ai en tête, même lorsque je suis dans d'autres espaces de ma vie.

Comme de bien entendu, au fil des semaines, cet enthousiasme s'est tari, rapetissé, recroquevillé. Je l'ai directement senti dans mon corps : fatigue, tête qui bouillonne - qui mouline serait plus juste. Alors c'est le début du cycle infernal : je suis fatiguée donc je ne fais pas ce qui me plaît, en attendant d'avoir retrouvé... de l'énergie. Sauf que pour retrouver de l'énergie, et bien faut que je fasse des trucs qui me plaisent nom d'un chien !!! Ça s'appelle : une belle excuse pour pas se bouger les fesses (après, y'a aussi des temps où il faut savoir prendre du repos, bien sûr...Juste savoir débusquer quand on se fait un p'tit mensonge à soi-même...).

Alors je me suis posée cette question : Qu'est-ce que je peux faire pour nourrir mes désirs, pour nourrir ce qui me fait vibrer ?

Les réponses ont été très concrètes.

L'impact sur mon corps et mon énergie aussi ! Du cycle infernal, je passe au cercle vertueux... Et toi, dis-moi ? - Quelles sont tes excuses pour ne pas aller vers tes désirs ? - Comment te sens-tu lorsque tu te rapproches de ceux-ci, lorsque tu les vis ?


Je te souhaite un joyeux mois de Septembre, nourrissant à souhait !

0 commentaire

Posts récents

Voir tout