Ce que la forêt m'a appris


Dans qq jours c'est la fête des mères. Note que je pourrais écrire une newsletter à ce sujet en te disant à quel point lui offrir un massage pour cette occasion est une idée fabuleuse et merveilleuse.

Mais j'ai plutôt envie de te raconter une petite expérience récente....

Ça fait quelques temps que j'vais envie d'aller passer du temps en forêt. Pas pour une balade, mais y passer plusieurs jours et y dormir, en solo. Je reviens donc de 2 jours et demi en forêt.

Mon projet initial c'était d'y passer 4 jours et 3 nuits. Mais la jolie météo du mois de Mai (sic) et la forte humidité du lieu où je me trouvais (forêt exposée nord, en bord de rivière, moussue et imbibée à souhait) auront eu raison de ma patience (et il faut avouer que se prendre des draches nocturnes, des brassées de vent toute la journée, plus le bruit de la rivière qui franchie une petite digue en permanence, c'est pas de tout repos).

Je ne partais pas là-bas dans un mode « survie-warrior », ni même avec un programme de choses à faire, mais plutôt avec l'intention de prendre du bon temps, sans rien faire justement, simplement être , pleinement. Donc ni lecture, ni musique à disposition (oui ça peut te sembler un peu straight, je sais !).

Mon envie première c'était d'aller rencontrer les arbres. Assez naïvement je pensais que la rencontre allait se faire rapidement, voire quasi instantanément. Ben oui : une forêt = des arbres, donc rencontre immédiate quoi ! Alors certes, je les ai vus en arrivant, en m'installant, ils étaient tous là, bien présents. Mais pas vraiment de rencontre en vue... J'étais dans ma tête, à m'occuper de l'installation de mon petit campement, toute émoustillée de découvrir les lieux, excitée à l'idée de l'aventure qui se profilait. Donc finalement pas si disponible à la rencontre que ça ! Ce n'est que mardi, après avoir pris la décision de quitter les lieux plus tôt que prévu et en prenant le temps de le faire, sans hâte ( mais en veillant à tout faire avant une possible averse ! ) que j'ai senti la rencontre qui commençait à poindre, notamment avec un tilleul majestueux de générosité ( celui qui est en photo ).

Finalement, et de façon assez paradoxale, c'est donc en quittant les lieux que j'ai commencé à vraiment voir les arbres. Chacun d'entre eux, dans leur individualité. Le grand pin qui surplombait ma tente et qui semblait veiller sur mes nuits, le houx dont les branches empêchaient le soleil de venir réchauffer et sécher mon campement, la cime du frêne que je pouvais voir depuis ma tente, une fois emmitouflée dans mon douillet duvet... Autant de de singularités avec qui je pouvais choisir (ou pas) d'entrer en relation.

Tout ça pour dire quoi ? J'avais trop d'agitation dans ma tête et dans mon corps en arrivant sur les lieux, pour être dans une rencontre immédiate. Et je vois que le dimanche et le lundi j'étais dans une forme de « vouloir rencontrer ». Un truc du genre « Bon les gars, je suis là donc maintenant c'est rencontre ok ?! Allez hop hop hop, on y va, on perd pas de temps ! »

Sauf que, bon sang, la rencontre, ça prend du temps ! Et c'est pareil pour la rencontre de toi à toi.

Je remarque que, souvent, une des premières choses que mes clientes me disent lors de l'échange en fin de séance c'est : « Bon, j'étais pas mal dans ma tête au début du massage, avec des pensées dans tous les sens.... ». Je sens chez elles comme une pointe de culpabilité à ne pas avoir réussi à « déconnecter le mental » tout de suite. Comme s'il fallait, qu'à peine mes mains au contact de leurs corps, elles entrent en relation immédiate avec elles-mêmes, avec leurs sensations. C'est toujours surprenant pour moi de voir qu'après un massage, alors que le corps est détendu, les premiers mots qui sortent sont pour revenir sur un état passé, et qui plus est pas forcément ressenti comme agréable. Comme s'il y avait un gendarme intérieur toujours présent et qui de sa petite voix aigrelette martèle en permanence : " Ah non désolé, la case " lâcher les pensées qui tournent en boucle à la 1ère minute de massage " n'a pas été cochée. Merci de repasser par le service culpabilisation & désamour de moi afin de repartir alourdie d' un fardeau de frustration supplémentaire. Au plaisir de vous avoir rendu service." Gasp. Comme si c'était toujours un peu plus facile de dire ce qui a été perçu comme « non réussi », plutôt que dire le plaisir de sentir son corps relâché, son esprit plus calme et tranquille là, maintenant tout de suite, et de rester dans la saveur de cette sensation. Cette fâcheuse manie si bien ancrée de voir ce qui ne va pas plutôt que de voir ce qui va bien...Il y a comme un arrière-goût de bonne élève qui doit bien faire et « réussir » l'exercice du premier coup.

Sauf que c'est assez rare de réussir une recette de cuisine du 1er coup. Ça va demander d'y revenir plusieurs fois, de retenter, d'ajuster les proportions, la température de cuisson, etc...

Quand la vie quotidienne tourne à 100 à l'heure, quand la vie s'agite dans la tête, ça peut prendre du temps de revenir à soi, calmement, dans la présence, et c'est normal !

Milles stratégies peuvent se mettre en place pour contourner la profondeur de nos ressentis intérieurs. Parfois la tête continue de s'agiter pendant toute la durée du massage, l'ego entre en résistance avec le fait de laisser du terrain au ressenti physique brut ; parfois c'est l'endormissement gagne, comme une fuite inconsciente, discrète, pour éviter la rencontre avec les sensations corporelles.

Alors comme en cuisine, il s'agit d'y revenir, encore et encore, avec patience et désir ! (Moralité et fin de l'histoire : Rien qu'avec ces 2 jours et demis, je suis rentrée chez moi avec un rythme intérieur beaucoup plus tranquille, bien plus centrée sur mes réelles envies, une énergie plus dense. Et je retourne en forêt dès que je peux, en m'organisant un peu plus en amont, et surtout : en checkant la météo ! )

Et toi, est-ce que ça te parle l'envie d'aller plus vite que la musique ? Est-ce que tu connais des endroits où tu es encore dans le « vouloir bien faire » ? Comment fais-tu pour désamorcer la mécanique ? Dis moi dans les commentaires, je serais ravie de te lire ! Bonne fin de journée,

0 commentaire

Posts récents

Voir tout